Nouvelles menaces - nouvelles raisons de signer 
la pétition « SOS-AFP » !

Tout indique que le pouvoir soit tenté de passer en force dans un avenir proche. C’est pourquoi nous appelons tous les citoyens en France et ailleurs dans le monde à continuer à signer et à faire signer la pétition « SOS-AFP » !

 

Nouvelles menaces contre le statut de l’AFP :
 de nouvelles raisons de signer 
la pétition « SOS-AFP » !

L’Agence France-Presse (AFP), l’une des trois plus grandes agences de presse au monde, fait l’objet depuis plusieurs années de tentatives récurrentes de modifier son statut, qui est une loi de la République, adoptée à l’unanimité par le Parlement en 1957 et ayant pour but de protéger l’AFP de toute influence politique ou économique.

En 2008, une tentative de transformer l’AFP en entreprise capitalistique – soit privée, soit à capitaux publics – est annoncée et par le gouvernement et par le PDG de l’époque, Pierre Louette. Cette campagne est mise en échec par l’opposition d’une grande partie du personnel de l’agence, représentée par ses syndicats, ainsi que par de nombreux parlementaires et citoyens, qui ont été plus de 21 000 à ce jour à signer la pétition « SOS-AFP ».

Pierre Louette démissionne en février 2010 pour être remplacé par Emmanuel Hoog, qui annonce au début de son mandat qu’il ne sera plus question de transformer l’AFP en entreprise par actions et qu’une modification du statut ne fait pas partie de ses priorités.

Or voilà que M. Hoog, a son tour, fait marche arrière et annonce qu’une modification du statut serait non seulement nécessaire mais urgente. Cette initiative a été officialisée le 4 novembre 2010 devant le Parlement par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

M. Hoog plaide la nécessité de doter l’Agence des moyens nécessaires à son développement, de modifier ses règles de gouvernance voire de la mettre en conformité avec la législation européenne.

L’Association de défense de l’indépendance de l’AFP a déjà expliqué les conditions nécessaires et incontournables pour une quelconque modification du statut de l’agence. Ces conditions sont les suivantes :

  1. Renforcer l’indépendance de l’AFP vis-à-vis de tout pouvoir politique, économique ou idéologique, en apportant des garanties supplémentaires par rapport au statut actuel.
  2. Être reliée à une vraie stratégie d’entreprise. Il faut non seulement exposer cette stratégie mais également démontrer sa conformité aux valeurs fondamentales et à l’indépendance de l’agence et expliquer clairement pourquoi elle exige une modification du statut.
  3. Recueillir au préalable l’accord du personnel par référendum. Cette exigence n’est en rien démagogique ou populiste : l’AFP est une entreprise de matière grise et son savoir-faire et son expérience sont détenus par son personnel. Un référendum a eu lieu en 1955 sur le texte finalement adopté en 1957 : il serait inconcevable de faire moins bien aujourd’hui !
  4. Recueillir une très forte majorité au Parlement. Si l’unanimité parlementaire que le statut actuel avait recueillie en 1957 peut sembler inaccessible aujourd’hui, il faudrait tout faire pour s’en rapprocher. L’AFP remplit une mission d’intérêt général. Son devenir ne concerne pas seulement la majorité parlementaire du moment, quelle qu’elle soit, mais l’ensemble du peuple français.

Nous considérons que dans l’état actuel des choses, aucune de ces conditions n’est remplie

Pire, tout indique que le pouvoir soit tenté de passer en force dans un avenir proche, sans faire le moindre effort pour les remplir.

C’est pourquoi nous appelons tous les citoyens en France et ailleurs dans le monde à continuer à signer et à faire signer la pétition « SOS-AFP » !

NB : sur le site http://www.sos-afp.org on peut signer la pétition en ligne ou télécharger d’autres exemplaires à imprimer, faire signer et envoyer par la poste au Comité d’entreprise de l’AFP. ADIAFP, Paris, le vendredi 26 novembre 2010